Conseils de lecture

OPUS 77
19,00
par (Libraire)
4 février 2020

« Tout commence par un long recueillement dans une basilique genevoise : Claessens est mort. Sa fille Ariane entame les notes du concerto de Chostakovitch le fameux opus 77 du compositeur russe qui s’élèvent vers les hauteurs de la cathédrale. Ces cinq mouvements vont rythmer la vie tumultueuse de ces musiciens. Une représentation étonnant d’un XXIème siècle à feu et à sang. Opus 77 est aussi une histoire de famille où les jeux de pouvoir entre générations sont explorés »


Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède
25,00
par
12 décembre 2019

Voyage magique à dos de jars !

Le petit Nils, jeune garnement effronté se retrouve transformé en lutin, parcourant son pays sur le dos d'un jars. Des rencontres et aventures semées d’embûches l'attendent. Une véritable quête initiatique pour ce jeune homme au tempérament de feu !
Yvan Duque nous propose une nouvelle interprétation de ce grand classique de la littérature jeunesse suédoise, grâce à ses gouaches grandioses et ses couleurs renversantes ... un régal !


Le reste du monde / Les enfers

Chauzy, Jean-Christophe

Casterman

18,00
par
12 décembre 2019

L'Apocalypse sidérant

L'Apocalypse. L'acte final d'une quadrilogie époustouflante et sans fausse note. Une lente et inexorable descente aux enfers s'achève de façon magistrale. Tout y est. Tout. Je suis épaté d'avoir été surpris à ce point après trois volumes déjà excellents. La magie de Jean-Christophe Chauzy opère plus que jamais. Sidérant.


QUELQUE CHOSE DE LA POUSSIERE

Vuillemin

Chemin de fer

13,00
par
12 décembre 2019

Un hymne

Un hymne à la poésie. Au temps qui passe, à la Nature. A l'amour qui s'érode, aux corps qui se découvrent puis s'oublient. A la sagesse. A l'insouciance. A l'instant. A la vie.


FINIR L'AUTRE

Arnal

Chemin de fer

14,00
par
3 décembre 2019

"Je trouve ça époustouflant, cette expérience qui ne ressemble à aucune autre"

[Librairie Le Neuf, Saint-Dié-des-Vosges]

Bon, j’ai eu le temps de me poser que pour lire un seul chapitre pour le moment,

(note : j’en ai lu plus depuis l’écriture de ce mot, et je confirme ce qui va suivre, ainsi que le génie artistique de Justine Arnal),

et y a rien à faire, il y a vraiment des gens qui ont l’art de faire de l’art qui ne ressemble à aucun autre. Tout en évoquant des tonnes de choses. Tout en faisant appel à des ressentis propres à chacun et ô combien universels. J’aime cette richesse de la langue, cette puissance poétique, cette aisance à fabriquer des images et à les rendre accessibles et surtout, la place laissée à l’imaginaire du lecteur.

Je crois que je n’ai jamais lu de livre dans lequel l’imaginaire est à ce point complémentaire du texte. Et je trouve ça époustouflant, cette expérience qui ne ressemble à aucune autre. Il ne peut y avoir de bonne ou mauvaise interprétation du texte, des maux et joies, des mots. Chacun est matière à réflexion et à évasion. J’ai hâte de lire la suite. Hâte de le faire durer.