Thierry C.

http://lesangnoir.wordpress.com/

«Acheter des livres serait une bonne chose si l’on pouvait simultanément acheter le temps de les lire.» Schopenhauer
Et à quoi sert la littérature?
Peut-être à essayer de vivre selon les nuances car la littérature est «maîtresse des nuances» disait Barthes.
La littérature «s'embarrasse» de nuances. Ne se sépare de personne.
Elle s’intéresse aux différences, aux subtiles différences, aux sensibles singularités.
Elle veut comprendre. Raconter. Regarder. Éclairer l’existence.
Teinter la vie. Sucrer, saler la vie.
La littérature aide à respirer. Reprendre souffle. A souffler, un peu. Sûrement!

6,50
20 janvier 2013

"Et combien j'étais encore loin du terme que je croyais avoir atteint ! Cette masse de papier allait être doublée, triplée, peut-être quadruplée."

Monsieur Littré. Monsieur Emile Littré, 1801-1881.
400 000 pages de doutes, de découragements, de nuits blanches.
Une vie entière consacrée, sacrifiée pour un dictionnaire qui, aujourd'hui, reste encore une référence.

Emile Littré demeure un modèle pour tous les lexicographes.
En 1841, l'éditeur Louis Hachette lui confie la rédaction de ce monument.
Littré, adepte du positivisme d'Auguste Comte, se lance dans l'aventure.
"Je passai la nuit sans fermer l'oeil, soupesant en idée le fardeau dont il s'agissait définitivement de se charger."
Finalement, il se décide et accepte.

Dans cet opuscule de 1880, "Comment j'ai fait mon dictionnaire", Littré nous raconte, dans le détail, son quotidien.
Intéressant !

Le Littré donnera plus tard à Paul Robert l'idée d'un nouveau Littré qui deviendra notre Robert.

Lire aussi la très éclairante biographie d'Alain Rey "Littré, l'humaniste et les mots" chez Gallimard.

11 janvier 2013

Henri IV, roi de France et de Navarre.

Henri IV est né Henri de Bourbon le 13 décembre 1553 à Pau et mort le 14 mai 1610 à Paris assassiné par Ravaillac.
Il fut roi de Navarre puis roi de France et le premier souverain français de la «noble» branche dite de Bourbon de la dynastie capétienne.

Henri IV aimait manger de la viande (pas trop les légumes quand même), chasser le cerf, monter à cheval, les femmes (plus Henri IV vieillit plus il s’acoquine avec des jeunes filles qui n’ont pas toujours le choix, ni la majorité ! Pas joli joli tout ça !) et la poule au pot (avec recette originale en sus).
On ne compte plus ses enfants légitimes et illégitimes.
Henri IV n’aimait pas se laver.
Henri IV était protestant mais pour accéder au trône il se convertit au catholicisme : «Paris vaut bien une messe !».
Il signa l’Edit de Nantes.

J’aime bien les biographies écrites par Gonzague Saint Bris.
J’avais apprécié son «Balzac».
Elles sont vivantes et parsemées d’anecdotes.
Bien documentées et entrecoupées, pour agrémenter le tout, de parenthèses sur la vie culturelle et «ordinaire» de l’époque.
Bon d’accord, je vous l’accorde, le Gonzague, il brode un max mais moi j’aime bien qu’on me reconte des histoires.

J’vous raconte pas le supplice de Ravaillac sur la place de Grève.
C’est dingue comme les hommes ont de l’imagination à revendre pour inventer des tortures !

On rencontre Jeanne d’Albret, Catherine et Marie de Médicis, Marguerite de Valois, Montaigne, Gabrielle d’Estrées, Sully, Charlotte de Montmorency, etc.
On vit les guerres de religion (le massacre de la Saint-Barthélémy), les conspirations, la cour...
Henri IV sera le roi réconciliateur de la France au temps des guerres fraticides entre cathos et protestants.

Bref une bonne biographie historique plaisante à lire.
Un bon moment de lecture, c’est déjà pas mal, non ?

1

Roudier-E

Delcourt

5 janvier 2013

Cette BD est une adaptation du célèbre livre de J-H Rosny «La guerre du feu».
Emmanuel Roudier nous livre là le premier tome d’une trilogie à venir.

Il y a 100 000 ans, les Oulhamr ont perdu le feu.
Naoh décide de partir pour l’amour de Gammla.
Celui qui retrouvera le feu pourra l’épouser.
Naoh et deux compagnons vont s’aventurer dans des mondes inconnus et affronter le froid, la fatigue, les lions géants, les mammouths...

Le dessin encré de Roudier (passionné de paléontologie) est magnifique : couleurs, ambiances, poésie et réalisme.
Les cadrages sont efficaces.

Nuits froides, combats, animaux, le lecteur est dans le bain !

Le Tome 1 se termine trop vite et le lecteur de guetter, impatient, vite, vite, la suite !

A noter que Roudier est déjà l’auteur d’une série de BD sur Néandertal.
Un spécialiste, quoi !

Une BD très réussie !

30 décembre 2012

L’aventure millénaire des mots français.

« À côté des dictionnaires décrivant l’usage d’aujourd’hui - même s’ils tiennent compte de la dimension du passé - le français manquait d’une description essentiellement historique de la langue, incluant dans cet adjectif la recherche des origines et le compte rendu des usages dans le temps social.»

Trois magnifiques tomes (à la tranche rouge) rangés dans un coffret.
On regarde. On admire. On n’ose pas toucher ce monument.
Puis on ouvre la malle au trésor.
Et c’est parti !
Bon voyage !
Une véritable aventure avec des rebondissements, des découvertes, des surprises, des révélations...


Ici les mots sont vivants.
Sous vos yeux ils bougent...encore et toujours !
Un trésor que dis-je une mine d’or.
Tout l’or des mots qui brille sous vos yeux ébahis.
Des milliers d’histoires, des milliers de romans.

Toute une histoire. Notre histoire.

Ce Dictionnaire historique de la langue française est placé sous la direction du grand, très grand Alain Rey.
Aucun ouvrage de langue étrangère n'est son équivalent.
C’est l’histoire détaillée (très détaillée) de plus de 50 000 mots du français depuis leur apparition dans la langue.
Date de l’apparition du mot.
Evolutions de la forme, du sens et de l’usage du mot.
Etymologie et citations d’écrivains.
Cinquante schémas généalogiques de mots.

Des exemples ?
Deux pages entières sur l’histoire du mot «eau».
Une page remplie à ras bord sur le mot «révolution».
Des articles encyclopédiques en veux-tu en voilà.
A déguster sans modération...jusqu’à l’ivresse !
Amoureux affamés de mots précipitez-vous sur ces 4 200 pages de plaisirs illimités, incomparables.

La préface d’Alain Rey vaut son pesant d’or.

« Derrière les dizaines de milliers d'histoires que content les mots du français, derrière la variété des usages de cette langue dans cinq continents, ce dictionnaire dévoile l'unité profonde d'une manière de penser, d'une vision du monde ».

30 décembre 2012

Pour Gabe Treolar, ancien flic devenu privé, rien n’a changé : Saïgon devenu Ho Chi Min Ville restera toujours Saïgon.
Gabe Treolar est un vétéran du Vietnam qui tente de survivre.
Viré de la police pour alcoolisme, veuf trop tôt...
Quand Mitch Queen, un producteur de cinéma d’Hollywood le contacte pour enquêter sur une affaire.
Mitch était son compagnon d’armes au Vietnam. Tous les deux ont vécu l’offensive du Têt.
Mitch veut tourner un film sur la guerre du Vietnam.
Mais Mitch reçoit des menaces de mort.

Alors Gabe va remonter le temps...
Ce polar a le grand mérite de nous montrer une autre guerre du Vietnam. Une vision (volontairement ?) occultée par la littérature et le cinéma made in USA.
J. M. Roberts nous montre les soldats américains déserteurs : les fantômes.
Un très bon moment de lecture, c’est déjà pas mal, non ?
John Maddox Roberts, écrivain américain né en 1947est un ancien du Vietnam.