"Le drive", fenêtre ouverte à l'arrière du magasin, place du marché, reste ouvert pour les mois à venir pour le retrait de vos commandes passées sur ce site internet.

Images et violence 1914-1918, Quand le Miroir racontait la Grande Guerre...
EAN13
9782847361926
ISBN
978-2-84736-192-6
Éditeur
Nouveau Monde
Date de publication
Collection
BEAU LIV LG
Nombre de pages
150
Dimensions
28 x 19 x 0 cm
Poids
617 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Images et violence 1914-1918

Quand le Miroir racontait la Grande Guerre...

De

Nouveau Monde

Beau Liv Lg

Offres

Jusqu prsent, aucun ouvrage ne sest intress la diffusion des photographies des soldats. Que savait le public des situations de souffrances extrmes dans lesquelles vivaient les leurs? Que voyait-il de la ralit de la mort, des destructions, des combats?Vritable interface entre le monde de la guerre et celui des non-combattants, la presse est investie en 1914, dune mission essentielle, quand le public devient larrire. Les lecteurs impliqus affectivement mais tenus physiquement loigns du conflit, sont habits par une soif de savoir qui saccrot au fil des semaines. Rapidement, ils veulent voir. Cette tude de la presse illustre de lpoque rvle que les hebdomadaires traquent le scoop ou inventent de nouvelles formes de reportages pour immerger le lecteur dans la sensation dune guerre vcue. Corps propulss dans les arbres ou jambe abandonne dans le No mans land, paysage de forts dvastes ou champs de bataille poubelles, toutes ces situations intolrables sur la mort au front sont exhibes ds 1914. Contrairement la vulgate, les thmes que Le Miroir aborde sont particulirement brlants et les photographies quil publie, exceptionnellement parlantes.Le constat simpose: contrairement ce que la vulgate pacifiste de lentre-deux guerres - poursuivie jusqu nos jours affirmait, larrire savait, et savait tout, autant le public rudit de LIllustration que les lecteurs plus populaires du Miroir. Parce quil tait la victime humilie dans la chair de son territoire ruin et dans la blessure ravive de la dfaite passe, larrire avait quand mme consenti.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Joëlle Beurier