Gardons le contact- Le site est en service

Le Neuf met en place un service "DRIVE - Retrait sans contact".
2 options maintenant sur notre site pour passer commande : soit l’envoi par La Poste, avec un délai non garanti.
Soit le retrait à l’arrière de la librairie du Mardi au Vendredi de 10h00 à 12h00 (notre préférence).

Vos ouvrages commandés au préalable vous seront remis avec toutes les précautions nécessaires et gestes barrières. 

Genre et modernité au Japon, La revue Seitô et la femme nouvelle
EAN13
9782753528642
ISBN
978-2-7535-2864-2
Éditeur
Presses universitaires de Rennes
Date de publication
Collection
ARCHIVES DU FEM
Nombre de pages
354
Dimensions
2 x 15 x 2 cm
Poids
564 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

Genre et modernité au Japon

La revue Seitô et la femme nouvelle

Presses universitaires de Rennes

Archives Du Fem

Offres

La revue Seitô (traduction de l'anglais Bluestockings) parut de septembre 1911 à février 1916: elle fut la première revue littéraire créée uniquement par les femmes, pour les femmes. Sous l'impulsion de Hiratsuka Raichô (1886-1971), puis d'Itô Noe (1893-1923), elle devint l'emblème des femmes nouvelles, rebelles à l'injonction de devenir de « bonnes épouses et mères avisées (ryôsai kenbo) ». Très vite, le mensuel et l'association furent désignés comme le nid des « Nora japonaises », et ses membres devinrent la cible des attaques contre les femmes nouvelles. Le magazine fut le centre d'aventure intellectuelless et artistiques, de débats où se nouèrent de nouvelles relations amicales entre les femmes, amours homosexuelles et histoires tumultueuses de femmes qui fuguèrent de leur province pour trouver refuge dans l'association. Parmi les milliers de pages de publication de cette revue littéraire, ce livre faire vivre ces temps de polémiques, qui nous saisissent tant par la fraîcheur de leur ton que par l'actualité de leurs propos. Le droit à l'amour libre, la contraception, l'avortement, la virginité, et la polémique autour de la prostitution font écho à nos propres interrogations.
S'identifier pour envoyer des commentaires.