La reine Margot I
Éditeur
Bibebook
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La reine Margot I

Bibebook

Offres

  • AideEAN13 : 9782824700298
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    0.00
Première partie de la trilogie sur les guerres de religion, entre La Reine
Margot et Les Quarante-Cinq. Catherine de Médicis règne, toute puissante, sur
la France que gouverne tant bien que mal Charles IX, et sur ses enfants : ses
fils, Charles évidemment, Henri duc d'Anjou, François duc d'Alençon, et sa
fille Marguerite. Le roman s'ouvre sur le mariage de Marguerite de Valois,
surnommée Margot, et Henri de Bourbon, roi de Navarre. Ce mariage entre une
catholique et un protestant est destiné à ramener la paix dans le royaume.
Mais Catherine et le roi Charles IX se préparent dans l'ombre à mater le parti
protestant. Extrait : Madame de Sauve venait d'entrer depuis quelques minutes
seulement dans la salle de bal : soit dépit, soit douleur, elle avait résolu
d'abord de ne point assister au triomphe de sa rivale, et, sous le prétexte
d'une indisposition, elle avait laissé son mari, secrétaire d'État depuis cinq
ans, venir seul au Louvre. Mais en apercevant le baron de Sauve sans sa femme,
Catherine de Médicis s'était informée des causes qui tenaient sa bien-aimée
Charlotte éloignée ; et, apprenant que ce n'était qu'une légère indisposition,
elle lui avait écrit quelques mots d'appel, auxquels la jeune femme s'était
empressée d'obéir. Henri, tout attristé qu'il avait été d'abord de son
absence, avait cependant respiré plus librement lorsqu'il avait vu M. de Sauve
entrer seul ; mais au moment où, ne s'attendant aucunement à cette apparition,
il allait en soupirant se rapprocher de l'aimable créature qu'il était
condamné, sinon à aimer, du moins à traiter en épouse, il avait vu au bout de
la galerie surgir madame de Sauve ; alors il était demeuré cloué à sa place,
les yeux fixés sur cette Circé qui l'enchaînait à elle comme un lien magique,
et, au lieu de continuer sa marche vers sa femme, par un mouvement
d'hésitation qui tenait bien plus à l'étonnement qu'à la crainte, il s'avança
vers madame de Sauve.
S'identifier pour envoyer des commentaires.