Pour découvrir Philippe Claudel...

L'Archipel du Chien
19,50

Une île. Une île de l'Archipel du chien. Peuplée d'une petite communauté d'hommes vivant de la pêche, de la vigne, des oliviers et des câpriers. Une île à l'écart des fracas du monde mais sur les rives de laquelle un matin vont s'échouer trois cadavres. Qui sont-ils ? Que faire de leurs dépouilles ? Faut-il oublier ou tenter de connaître la vérité, au risque de se perdre ?


J'abandonne

Philippe Claudel

Le Livre de Poche

6,70

« Nous sommes des hyènes. C’est le surnom que l’on nous a donné dans le petit cercle où nous exerçons. Je déteste ce nom. Il me fait mal jour et nuit. Notre tâche consiste à préparer les familles dont un des membres vient de décéder à accepter une demande particulière. Nous leur apprenons sa mort et dans le même temps ou presque nous tentons d’obtenir l’autorisation de prélever sur son corps de multiples organes. » P. C.

Veuf, dégoûté par son travail et la laideur du monde, le narrateur, père d’une petite fille de vingt et un mois, est au bord de l’effondrement. J’abandonne est le cri de détresse d’un homme qui, pour l’amour de sa fille, doit retrouver la force de vivre.

Un roman noir qui est aussi une histoire d’amour. Olivier Barrot, Un livre, un jour.

Prix roman France-Télévisions 2000


Parfums

Philippe Claudel

Le Livre de Poche

6,10

« En dressant l'inventaire des parfums qui nous émeuvent – ce que j'ai fait pour moi, ce que chacun peut faire pour lui-même –, on voyage librement dans une vie. Le bagage est léger. On respire et on se laisse aller. Le temps n'existe plus : car c'est aussi cela la magie des parfums que de nous retirer du courant qui nous emporte, et nous donner l'illusion que nous sommes toujours ce que nous avons été, ou que nous fûmes ce que nous nous apprêtons à être. Alors la tête nous tourne délicieusement. » P. C.

Servis par une plume délicate, [les parfums] flottent, palpables, presque incarnés, et porteurs de cette nostalgie particulière, inhérente à des mondes enfouis. Isabelle Curtet-Poulner, Marianne.

Un livre exquis qui donne à découvrir ce que le printemps fait aux fleurs quand se révèle et s’épanouit peu à peu le cœur pudique d’une nature. D’un auteur. Laurence Haloche, Le Figaro magazine.


Le rapport de Brodeck

Philippe Claudel

Le Livre de Poche

7,20

Le rapport de Brodeck

Je m'appelle Brodeck et je n'y suis pour rien. Je tiens à le dire.

Il faut que tout le monde le sache. Moi je n'ai rien fait, et lorsque j'ai su ce qui venait de se passer, j'aurais aimé ne jamais en parler, ligoter ma mémoire, la tenir bien serrée dans ses liens de façon à ce qu'elle demeure tranquille comme une fouine dans une nasse de fer. Mais les autres m'ont forcé :

« Toi, tu sais écrire, m'ont-ils dit, tu as fait des études. » J'ai répondu que c'étaient de toutes petites études, des études même pas terminées d'ailleurs, et qui ne m'ont pas laissé un grand souvenir. Ils n'ont rien voulu savoir : « Tu sais écrire, tu sais les mots, et comment on les utilise, et comment aussi ils peuvent dire les choses [...]. »

Un livre qui fait penser à la fois à Julien Gracq, celui d'Un balcon en forêt, pour les descriptions de la nature, à Dino Buzzati, pour la construction et l'attente qui se crée, et à Primo Levi pour bien des raisons.
J -C. P., Livres Hebdo

Dans un style finement ouvrage, plein de crépitements, de somptuosités, d'odeurs, d'humus et de feu, Philippe Claudel décrit un monde terrible où le crime est une fonction naturelle du vivant.
Serge Sanchez, Magazine littéraire


Parle-moi d'amour, pièce en un acte

pièce en un acte

Stock

11,20

Il est minuit. L’heure des vérités. L’heure que «Lui» et «Elle» ont choisie pour régler leurs comptes. Si ce règlement de comptes est explosif pour le couple, il est irrésistiblement drôle pour le spectateur. Philippe Claudel, pour sa première pièce, dresse un tableau jubilatoire de notre société et passe en revue tous nos excès : de l’éducation des enfants au mépris de la belle-mère, de l’hypocondrie chez les hommes à la chirurgie esthétique chez les femmes, des faux intellectuels à l’hypocrisie politique, de la liberté sexuelle à la mal bouffe. Une comédie d’aujourd’hui.