"Le drive", fenêtre ouverte à l'arrière du magasin, place du marché, reste ouvert pour les mois à venir pour le retrait de vos commandes passées sur ce site internet.

La renverse

La renverse

Olivier Adam

Flammarion

  • 28 avril 2016

    adolescence, politique

    L’auteur nous emmène dans l’univers de la politique de province, dans une ville de banlieue coincée entre Paris et Rouen.

    Qui plus est se mêle une sortie histoire de sexe ardemment décrite sur fond de pouvoir social.

    Au milieu d’adultes aux dents longues surnage un adolescent paumé et rêveur, devenu l’adulte qui nous raconte l’histoire à posteriori.

    Et comme nous, pauvre lecteur, avons l’habitude d’adhérer aux histoires que nous raconte Olivier Adam, nous croyons les yeux fermés à l’histoire que nous raconte le narrateur. Avant que la dernière partie, lorsque l’adolescent se réveille, nous apporte une autre façon d’envisager cette histoire.

    Un roman un peu moins misérabiliste que les précédents, mais toujours aussi près d’une certaine réalité sociale.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du narrateur travaillant dans une librairie bretonne au bord de la mer, frappée par les embruns.


  • Antoine, 25 ans est employé de librairie en Bretagne. Il se passionne pour son boulot et partage avec Jacques ses lectures. En dehors de son travail, il partage de nombreux moments avec Chlöe, monitrice de voile.
    Un matin, au café, il apprend la mort de Jean François Laborde, personnalité politique célèbre, ancien maire de M. ancien ministre délégué. Cette nouvelle aurait pu être banale si Antoine n’avait pas passé toute sa jeunesse à M. A partir de ce moment, il va se remémorer ce passé ou Laborde, maire de M. devint l’amant de sa mère, pourtant décrite au début comme une femme à la vie rangée, classique de mère au foyer (on apprendra au fur et à mesure du livre qu’il faut toujours se méfier des apparences). Ce passé qui lui a vu assister à un drame le jour où Laborde et sa mère Cécile Brunet furent accusés de viols et abus sexuels. Et pourtant Antoine avait tout fait pour enterrer ce passé en fuyant M. en compagnie de Laetitia, fille de Laborde. La mort de celui-ci lui fait se replonger dans ce passé trouble, revivre le vécu du scandale, revoir son petit frère Camille craquer et fuir la maison familiale.
    Ce nouveau roman d’Olivier Adam est une analyse profonde des vérités sociales actuelles et de ses conséquences sur les vies individuelles de la petite et moyenne bourgeoisie ou faux semblants et apparences ont la part belle. Dans ce nouveau roman, on retrouve l’écrivain celui de « Je vais bien, ne t'en fais pas...» et de « Falaises ».


  • par (Libraire)
    24 février 2016

    la renverse

    Immersion dans l’esprit d’un jeune homme qui dix ans après les faits, se replonge dans un scandale politique et sexuel impliquant sa mère, un haut responsable politique, et deux jeunes femmes issues de la misère sociale française. Traversant comme un fantôme ce drame familial, le narrateur n’a de cesse de s’interroger sur la véracité de sa mémoire. Je me demande si ce n’est pas un de ces meilleurs !


  • par (Libraire)
    16 février 2016

    Une fresque sociale cinglante et percutante

    Après "Les lisières", roman paru en 2012, Olivier Adam poursuit une dimension sociale et nettement politique. L'exclusion sociale, la fragilité des classes moyennes, l'éclatement de la cellule familiale et son ennui parfois profond, l'ascension politique dans les sphères du pouvoir, la corruption et l'impunité invitant toutes les dérives possibles et tragiques font de ce roman une fresque sociale cinglante et percutante. Le tableau est assez noir, sans appel et claque pour mieux réveiller nos consciences endormies et indolentes. C'est toute la majesté de ce roman.


  • par (Libraire)
    12 février 2016

    Un roman qui questionne...

    Antoine, le jeune narrateur , employé dans une librairie en Bretagne, apprend la mort de Jean-François Laborde, personnalité politique ayant fait la une des journaux quelques années auparavant. Avec cet événement les souvenirs douloureux de son adolescence remontent à la surface. Depuis longtemps, replié sur sa douleur, Antoine a beaucoup de mal à vivre sa vie pleinement. Un roman qui questionne. Un roman touchant.


  • 7 février 2016

    Les remords d'un fils

    Ce roman, d'abord, je ne l’ai pas trouvé terrible. Pas renversant. Qu'allait faire Olivier Adam dans pareille galère? Pourquoi diable nous servir un fait divers rabâché ? L’histoire de cet homme politique, Jean-François Laborde, accusé d'avoir abusé de deux jeunes femmes, avec l’aide de sa maîtresse, rappelle évidemment celle de Georges Tron. Et je n’avais franchement aucune envie de la lire. Pourtant, j’ai fini par me laisser embarquer.

    Lorsqu’il apprend la mort de Laborde, le maire de M., sa ville natale, Antoine prend la route. Il veut assister à l’enterrement de ce type avec qui sa mère s'envoyait en l’air... Et à mesure qu’il roule vers le passé, notre agacement finit par s’effacer. Cet Antoine, Olivier Adam parvient à le rendre attachant. Ce gars-là, cet adolescent abîmé, sali par les accusations qui éclaboussent sa mère, traitée de tous les noms avant que le non-lieu ne vienne la laver, on a soudain envie de l'approcher.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    6 février 2016

    Des adolescents pris dans la tourmente d'un scandale politique et sexuel : il faut toute la sensibilité d'Olivier Adam pour décrire l'humiliation, la fuite, les regrets puis la reconstruction.
    Céline


  • par (Libraire)
    21 janvier 2016

    Tomber à la renverse

    Depuis plus de dix ans, Antoine culpabilise de ne pas avoir soutenu son jeune frère Camille lorsqu’il était tombé à la renverse lors de révélations sur la vie de leur mère. Elle et son amant (sénateur-maire) sont accusés de viols par deux femmes. A la suite de ces révélations dans la presse, la famille se disloque. Camille part vivre à Bordeaux chez des parents et Antoine ne rentre presque plus chez lui. Il se fait héberger par des copains avant de s’enfuir définitivement. Après toutes ces années Antoine s’interroge toujours pour savoir s’il a fui pour de bonnes raisons ou s’il aurait dû soutenir son frère.


  • par (Libraire)
    18 janvier 2016

    Olivier Adam se pose là en subtil observateur des faiblesses de notre société. Il montre la honte et l’humiliation subies par les victimes collatérales de politiques sans scrupules et dont la formidable impunité est accordée par la passivité des citoyens ordinaires. La mort de l’un d’entre eux réveille les souvenirs d’Antoine, et lui permet d’affronter enfin ses regrets et un fort malaise familial.


  • par (Libraire)
    18 janvier 2016

    Antoine a 17 ans lorsqu'il s'exile en Bretagne, suite à un scandale sexuel mêlant un politique local, maire de sa ville natale et sa jolie maman catholique proprette. Cette affaire va bousiller son adolescence.
    Le jeune homme employé de librairie et amoureux des livres se terre en Bretagne, c'est un homme solitaire et taiseux. Mais l'annonce de la mort de ce politicien l'oblige à ouvrir les yeux sur son passé...
    Le nouveau Olivier Adam est un roman furieux, moral qui réside en l'honnêteté de son personnage principal.


  • par (Libraire)
    16 janvier 2016

    La renverse

    Olivier Adam voyage toujours entre la Bretagne de St Malo et les lisières de Paris. Draveil n’est jamais nommé mais son maire est reconnaissable. Le contraste est très fort entre la mer, la plage, les livres et les pavillons , les cités de banlieue , les affaires de mœurs, et l’impunité de certains hommes politiques .


  • par (Libraire)
    14 janvier 2016

    Éclaboussé par une sordide affaire de mœurs impliquant sa mère, Antoine va choisir la fuite. C'est un écorché vif en quête de reconstruction qui est le narrateur de ce roman sensible qui nous fait tour à tour passer du dégoût à l’empathie.