• 20 décembre 2015

    Ça sent le sapin

    Cette « autre chose » dont on essaye de ne jamais parler et qui donne son titre à ce fabuleux roman graphique, c’est un sujet qui nous concerne tous et nous effraie: la mort. Non pas la mort accidentelle qui fauche sans s’y attendre, mais celle aussi naturelle que banale: la mort de nos proches en fin de vie. Un terminus vers lequel s’achemine tout être humain à l’issue du fameux « naufrage » qu’est la vieillesse et qui reste totalement tabou dans ses étapes. Le comble de l’évitement revenant à Woody Allen : « Ce n’est pas que j’ai peur de mourir, je veux juste ne pas être là quand ça arrivera».

    Alors, pourquoi chroniquer un tel livre au moment si joyeux des fêtes de fin d’année? Parce que Noël est une incontournable réunion familiale où jeunes et moins jeunes sont ensemble. C’est donc la meilleure occasion pour offrir cet album graphique sur le sens de la famille poussé à son paroxysme. Et puis aussi parce que cet ouvrage est pensé et dessiné avec autant d’intelligence que de mordant par l’une des plus brillantes illustratrices du « New Yorker » : Roz Chast.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u