Être ouragans, Écrits de la dissidence

Georges Lapierre

Insomniaque

  • 31 janvier 2017

    Etre ouragans

    "Soyons ouragans, clament les indiens du Chiapas et autres régions du Mexique, face aux dévastations inouïes que cause la prétendue civilisation. Nous serons de toutes les tempêtes qui la renverront à leur néant".
    Le deuxième livre - le volume en comprend trois - décrit le lent mécanisme qui a permis aux marchands de l'Occident chrétien de s'émanciper de la tutelle des Etats théocratiques pour imposer un point de vue unique et pauvre sur le monde et l'être humain, point de vue qui s'est incrusté dans les esprits à l'échelle mondiale, et qui a supplanté les antiques relations sociales des peuples, fondées sur le don et l'échange.
    Cet unique point de vue du marchand est l'origine du capitalisme, qui a engendré la dépossession d'un grand nombre, de leurs terres, de leurs croyances, de leur culture.
    Un hymne impressionnant au respect des antiques conceptions du monde, bien plus humaines que la conception totalitaire du capitalisme.
    C'est aussi un appel à l'acceptation des différences, et une invitation à cesser de penser que notre modèle marchand est bienfaisant et utile à tous: il ne l'est que pour les quelques profiteurs du système aux dépens des autres hommes.