A la mesure de nos silences

Sophie Loubière

Fleuve Editions

  • 27 juin 2015

    Au bout du chemin...

    Antoine est un garçon d'aujourd'hui, passionné de jeux vidéo et accro aux réseaux sociaux. Il a tendance à s'enfermer dans sa bulle, tiraillé entre ses deux parents, qui se sont séparés et ont reconstruit chacun une nouvelle famille. Tout est réuni pour qu'il rate son bac dans les grandes largeurs mais cette perspective ne semble même pas le faire réagir.

    Son grand-père, François Valent, 82 ans, ancien grand reporter, le kidnappe à la sortie du lycée et entreprend avec lui un voyage à la fois dans l'espace et dans le temps. Ils quittent Paris dans le coupé Volvo du grand-père et prennent le chemin de Villefranche-de Rouergues, la ville natale de celui-ci. Chemin faisant, les souvenirs refont surface et François ressuscite pour son petit-fils les horreurs que sa ville a connues pendant la Seconde Guerre Mondiale et la part d'ombre qu'un événement de 1943 a fait naître en lui.

    De construction assez classique, le roman de Sophie Loubière alterne les points de vue de l"Ancien" et du "Moderne" ainsi que le récit qui se dévoile peu à peu des années d'occupation subies par les Villefranchois. Tout sonne juste : les doutes d'Antoine qui ne sait pas encore ni qui il veut être, ni ce qu'il souhaite faire de sa vie, la volonté de François de réparer les erreurs du passé avant que la grande faucheuse ne passe. Ce duo de mâles maladroits, empêtrés dans leurs sentiments, embarqués dans un road-movie à la française est touchant. Pour la touche féminine, ils ont avec eux Dora, une adorable petite chienne pot de glu qui les mène à la baguette.

    Au bout du chemin, chacun aura trouvé quelque chose, pas forcément ce qu'il était venu chercher...


  • par (Libraire)
    25 février 2015

    Un grand coup de cœur de cette année 2015!

    François Valent, 82 ans, ancien reporter de guerre, a passé sa vie à parcourir le monde pour témoigner des conflits qui l'agitent. Arrivé à l'automne de sa vie, il tente de renouer avec son petit-fils. Antoine part en effet à la dérive, prêt à abandonner ses études en terminale, soumis au diktat des jeux vidéos et des réseaux sociaux. Sur un coup de tête, le grand père "kidnappe" Antoine pour un week-end et l'emmène à Villefranche-de-Rouergue où il a grandi.
    Cette plongée dans le passé se révèle douloureuse pour François qui a eu rendez-vous avec l'Histoire en 1943 lors de l'Occupation de la ville par une division SS. Pourtant , un début de complicité naît entre les deux hommes, Antoine découvrant la vie aventureuse de son aïeul et François essayant de rattraper avec ce gamin tout ce qu'il a raté avec ses fils.


  • par (Libraire)
    19 janvier 2015

    Ancien grand reporter, François décide sur un coup de tête de "fuguer" avec Antoine son petit-fils vers sa ville natale Villefranche-de-Rouergue. Afin de resserrer des liens distentdus, François raconte son enfance et surtout un épisode oublié de la 2nde guerre et qui l'a fortement marqué.
    Basé sur des flah-back ce roman est au final le portrait d'un homme qui a vu sa vie basculer un jour de 1943.
    Sophie Loubière nous offre un roman historique, intimiste et surtout très émouvant.
    Valérie

    Rencontre avec Sophie Loubière le samedi 31 janvier à 16h00.


  • 13 janvier 2015

    Deux jours pour tout changer

    Antoine, 18 ans, est « addict »  à Internet et préfère l’univers virtuel à l’existence réelle. Ses journées, il les passe devant son écran à exterminer les ennemis potentiels de ses jeux vidéo et à dialoguer avec ses amis via Facebook. Qu’importe que le Bac se profile à l’horizon car comme il le dit haut et fort : «Un Bac+5 c’est moisi comme un Kinder Surprise : tu as que dalle entre les mains. » Autant s’inventer sur la Toile un profil de héros.

    Son  grand-père ne l’entend pas ainsi. Ancien patron de presse et gloire du journalisme d’investigation, François Valent en a vu d’autres. Il va cueillir Antoine à la sortie du lycée et lui propose un marché. Il a 48 heures pour le convaincre de poursuivre ses études. S’il échoue, il remettra à l’adolescent une somme d’argent rondelette et libre à lui de « foutre sa vie en l’air sans trop se fatiguer ». C’est en fait sur les traces de son passé qu’il emmène son petit-fils, à Villefranche-de-Rouergue où il a passé sa jeunesse alors que la France était occupée, et où il fut témoin d’un épisode dramatique qui influença tout son parcours. De ce voyage aux allures initiatiques, naîtront peut-être la préservation de l’avenir d’Antoine et une sorte de rédemption pour François.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u