"Le drive", fenêtre ouverte à l'arrière du magasin, place du marché, reste ouvert pour les mois à venir pour le retrait de vos commandes passées sur ce site internet.

FINIR L'AUTRE

Finir l'autre

Justine Arnal

Chemin de fer

  • par (Libraire)
    16 mai 2020

    Entre ses mains

    Comme tous les livres des éditions du Chemin de fer, c'est d'abord son apparence qui vous fera remarquer "Finir l'autre" de Justine Arnal. Soigné, accompagné du troublant travail pictural d'Anya Belyat-Giunta, ce livre est déjà un objet artistique en soi.

    Et puis vous allez l'ouvrir et tomber sur un texte, une voix, une manière de conter étonnante, aussi espiègle qu'inquiétante.
    Cette voix, on vous en avait parlé lors de la parution du premier roman de Justine Arnal, "Les corps ravis".

    Dans "Finir l'autre", les thèmes sont remaniés, le rythme affirmé, et le récit se déploie entre surréalisme et poésie, entre fable originelle et métaphore arborescente.
    Tout ça vous paraît peut-être flou, et pour cause. Comment décrire cette langue si singulière, cette littérature en liberté?
    C'est qu'il n'est pas évident de parler d'une langue qui ne ressemble à aucune autre. Alors jetez-vous à l'eau, pénétrez cet univers, et là, vous comprendrez.


  • par (Libraire)
    3 décembre 2019

    "Je trouve ça époustouflant, cette expérience qui ne ressemble à aucune autre"

    [Librairie Le Neuf, Saint-Dié-des-Vosges]

    Bon, j’ai eu le temps de me poser que pour lire un seul chapitre pour le moment,

    (note : j’en ai lu plus depuis l’écriture de ce mot, et je confirme ce qui va suivre, ainsi que le génie artistique de Justine Arnal),

    et y a rien à faire, il y a vraiment des gens qui ont l’art de faire de l’art qui ne ressemble à aucun autre. Tout en évoquant des tonnes de choses. Tout en faisant appel à des ressentis propres à chacun et ô combien universels. J’aime cette richesse de la langue, cette puissance poétique, cette aisance à fabriquer des images et à les rendre accessibles et surtout, la place laissée à l’imaginaire du lecteur.

    Je crois que je n’ai jamais lu de livre dans lequel l’imaginaire est à ce point complémentaire du texte. Et je trouve ça époustouflant, cette expérience qui ne ressemble à aucune autre. Il ne peut y avoir de bonne ou mauvaise interprétation du texte, des maux et joies, des mots. Chacun est matière à réflexion et à évasion. J’ai hâte de lire la suite. Hâte de le faire durer.